Nouveaux stades de hockey sur glace en Suisse

De grands investissements sont actuellement réalisés dans les stades de hockey sur glace suisses: à Fribourg et à Davos, le stade existant est étendu, tandis que de nouveaux bâtiments sont construits à Zurich Altstetten et en Haute Léventine. La Vaudoise aréna à Lausanne et la Tissot Arena de Bienne ont déjà été achevées et mises en service en 2015 en tant qu’installations globales multifonctionnelles. À Bienne, le public est devenu beaucoup plus féminin par rapport à celui que l’on croisait par le passé dans les stades – et il peut emprunter l’ascenseur en compagnie de la légende du club.

Prendre l’ascenseur avec la légende du club – nouveaux stades de hockey sur glace en Suisse

La Tissot Arena est construite selon le label MINERGIE. Au sommet du toit, Energie Service Biel/Bienne exploite une énorme installation solaire qui produit 2,1 GWh d’électricité par an. Cela représente un peu plus de la moitié des besoins énergétiques totaux de l’installation (3,6 GWh par an) et correspond aux besoins d’environ 500 ménages de quatre personnes. Cependant, une grande partie de cette énergie n’atteint jamais un ménage car elle est utilisée directement dans le bâtiment – par exemple, pour faire fonctionner les 20 ascenseurs Schindler, deux trottoirs roulants et deux escaliers mécaniques (également de Schindler) ou le système de préparation de la glace. «La chaleur résiduelle générée lors de la production de glace chauffe l’eau de service et le bâtiment bien isolé», explique Stephan Kossack, responsable de l’infrastructure de la Tissot Arena. De telles idées globales font désormais partie intégrante de la construction d’un nouveau stade – l’époque où cela se résumait au sport, à la bière et aux saucisses est révolue depuis longtemps. Les visiteurs doivent sentir qu’ils sont au centre de l’attention et profiter de la soirée, qui commence bien avant le début du match avec l’entrée dans l’arène et ne se termine que lorsqu’ils en repartent après un dernier verre.

La légende du club biennois Gaëtan Boucher, décédé en 2016, exulte sur la porte de la cabine d’ascenseur, conçue comme un Graphic Wall.
La vue de la surface de compétition de la Tissot Arena à Bienne.

Une révolution pour le public

Par rapport à l’ancien stade, où le HC Bienne a pu fêter ses trois titres de champion suisse en 1977/78, 1980/81 et 1982/83, la Tissot Arena représente une révolution pour le public, qui était habitué aux courants d’air et à un confort spartiate. La relégation à la fin de la saison 1994/95 a été ressentie comme la fin du monde par les supporters, et l’état de la structure de la patinoire n’en était pas très éloigné. Le terrain de football de Gurzelen, de la salle de curling et d’autres bâtiments publics de Bienne n'étaient pas en meilleure forme. Dans la patinoire, il a même fallu suspendre en 2006 des filets de sécurité sous le plafond parce que des parties du bâtiment étaient tombées à plusieurs reprises sur la glace! «Lorsqu’il y avait plus de 30 centimètres de neige sur le toit, il était interdit d’entrer à l’intérieur de la salle en raison du risque d’effondrement», se souvient Stephan ­Kossack, qui à l’époque n’était pas encore le responsable de l’infrastructure de l’installation sportive mais simplement supporter du HC Bienne. Ces épisodes ont beau appartenir désormais au passé, ils reflètent la profondeur de la dépression économique dans laquelle le Pied du Jura était tombé après le boom des années 1960, à la suite de la crise horlogère.

L’ascenseur triple relie les étages inférieurs de la Tissot Arena à la «Place publique», au niveau du talus.

Faire d’une pierre plusieurs coups

Il a fallu attendre le passage à l’an 2000 et l’exposition nationale expo.02 pour que Bienne renaisse et devienne à nouveau attrayante pour les nouveaux arrivants et les entreprises, ce qui lui a donné une marge de manœuvre financière pour se projeter dans l’avenir. À la fin de la saison 2007/08, après 13 ans d’absence, le HC Bienne a enfin fêté son retour dans la plus haute division suisse, ce qui a donné une véritable impulsion à la vision d’un nouveau stade.
Sachant que les installations sportives très dégradées ne pouvaient être rénovées qu’à des coûts disproportionnés, Bienne a osé faire le grand saut il y a une dizaine d’années: des acteurs privés et publics ont planifié une installation multifonctionnelle à la périphérie de la ville selon le modèle d’un partenariat public-privé en partant de zéro, avec pelouse de football, salle de hockey sur glace et de curling, le tout combiné à des espaces de shopping et de restauration et relié de manière confortable avec des ascenseurs Schindler. Le plus ingénieux: sur le nouveau site idéalement situé en matière de transport, le hockey sur glace / curling et le football sont imbriqués de façon saisonnière, tout comme les installations sportives et commerciales le sont au quotidien. Les 750 places de stationnement à l’étage inférieur sont communes à tous ces usages partiels.

Le joyau visuel des ascenseurs sont les Graphic Walls, qui complètent l’expérience du public avec les légendes du club qui y sont représentées.

La promenade relie tout

Un triple ascenseur Schindler mène du parking de la Tissot Arena à la «Place publique» située au niveau du talus, d’où l’on peut accéder à toutes les installations sportives. Les espaces commerciaux sont situés un étage plus bas. Et l’offre de restauration est astucieusement tissée afin d’être disponible pour tous les usages. Dans la patinoire de hockey sur glace, un ascenseur se situe à chaque coin du stade pour permettre l’accès aux tribunes des spectateurs. Un des ascenseurs amène les plats gastronomiques au seuil de la porte de la zone VIP, et après la fin du match, le personnel de nettoyage se réjouit de ces connexions verticales. Un monte-véhicules séparé est disponible pour la machine de préparation de la glace – car celle-ci est utilisée à la fois sur la surface de compétition et sur la patinoire d’entraînement, qui se trouve à un autre étage.
Le joyau visuel des ascenseurs sont les Graphic Walls – des parois de cabine recouvertes de films qui complètent l’expérience du public avec les légendes du club qui y sont représentées. Cela suscite des émotions et des souvenirs! Gaëtan Boucher, décédé en 2016 et qui a terminé sa carrière en 1994 sur un penalty transformé lors du match de barrage décisif, exulte sur la paroi extérieure. Et Olivier Anken, qui a assuré le maintien lors de ce même match avec sa toute dernière parade, veille sur la cabine d’ascenseur. Le gardien de but légendaire des années de championnat occupe une place d’honneur dans l’ascenseur mais aussi dans l’arène: le maillot d’Anken est accroché sous le toit du stade et à Bienne; le numéro 30 qui était le sien ne sera plus jamais attribué.
Beaucoup plus de femmes se sentent attirées par cette nouvelle ambiance dans le stade – un phénomène voulu par les stratèges du club et que l’on peut observer dans d’autres villes que Bienne. D’autres stades de hockey sur glace suisses ont en effet également été rénovés ou construits ou sont en plein processus. Le principe directeur de la nouvelle orientation est le même partout – plus de confort et d’expérience pour le public. La solution varie d’un cas à l’autre, comme le montrent les cinq autres exemples ci-dessous.

La Lonza Arena, domicile du HC Viège, peut accueillir 5150 spectateurs.
La Vaudoise aréna de Malley, près de Lausanne, est en service depuis les Jeux olympiques de la jeunesse 2020.
La patinoire de Davos a été agrandie au niveau du socle grâce à une enveloppe supplémentaire.

Lausanne: «nouveau bâtiment olympique» juste à côté

Dans la ville olympique de Lausanne, les «Jeux olympiques de la jeunesse d’hiver 2020» (JOJ), qui ont été attribués au lac Léman en 2015, ont conduit à la construction de la nouvelle «Vaudoise aréna», qui a été érigée juste à côté de la patinoire de Malley, démolie en 2017. La salle temporaire Malley 2.0 dans le quartier de Prilly a servi de ­solution de remplacement pendant la période de construction et de lieu de compétition supplémentaire pendant les JOJ. Elle est entrée dans l’histoire comme la plus grande patinoire temporaire du monde. Dans la Vaudoise aréna, 16 stands de vente de nourriture et de boissons ainsi que d’immenses toilettes assurent des temps d’attente courts pendant les pauses – ce qui est très apprécié par les quelque 9600 spectateurs des matchs. Pour compléter l’expérience, la Vaudoise aréna comprend également un restaurant avec 150 places assises en salle et 150 places assises en extérieur, 20 loges VIP et la salle Capitale olympique (avec un autre restaurant et un bar VIP). Cette offre-cadre variée et aux dimensions généreuses montre que les supporters veulent désormais être divertis et choyés.

Fribourg: une mise à niveau

Contrairement à Lausanne, le projet de stade de Fribourg n’est pas une nouvelle construction, mais une mise à niveau. L’ancienne patinoire Saint-Léonard, qui porte le nom de BCF Arena depuis la saison 2010/11, sera développée et agrandie pour passer de 6500 à 8500 spectateurs. L’exemple de Fribourg illustre à merveille la tendance générale (moins de places debout pour un plus grand nombre de places assises): en 2004, après l’installation des premières loges VIP, la patinoire Saint-Léonard comptait 2109 places assises et 5033 places debout. Après la rénovation la BCF Arena disposera de 6000 places assises et de 2500 places debout, ainsi que de 554 places en loges ou en espaces VIP, «dine&view» et multimédias et répondra à toutes les exigences de la fédération en matière de sécurité. Depuis des décennies, les nouvelles exigences réglementaires ont d’ailleurs été le moteur principal des projets de rénovation de stades; c’était déjà le cas avec la couverture obligatoire des patinoires à la fin des années 1970.

Ambrì: nouveau stade à cause d’un couloir d’avalanche

Et la Pista la Valascia en Haute Léventine (canton du Tessin) en est encore à ce stade aujourd’hui. Mais le club de hockey Ambrì-Piotta (HCAP), avec sa patinoire construite en 1959 et couverte en 1979, a un problème encore plus important: il est situé dans une zone menacée par les avalanches. Pour cette raison, il est clair depuis 2010 que la Valascia ne doit pas être pas être rénovée mais démontée. Après la fin de la saison 2017, il a été décidé de construire la Nuova Valascia sur l’ancien aérodrome militaire d’Ambrì – le terrain à bâtir nécessaire avait déjà été donné gratuitement au HCAP par la commune locale de Quinto en février 2015. Le stade a été conçu par Mario Botta – également à titre gracieux, l’architecte tessinois vedette étant lui-même un grand supporter du HC Ambrì-Piotta. Le financement de la construction s’étant avéré plus compliqué que prévu, la cérémonie symbolique de la pose de la première pierre a eu lieu peu avant Noël 2018. Les travaux de construction ayant dû être interrompus en mars 2020 en raison de la crise du coronavirus, la nouvelle date d’achèvement est maintenant prévue pour fin 2021.

La nouvelle Swiss Life Arena, située à Zurich Altstetten et déjà décrite sur le site Internet du stade comme un «chaudron», marquera le début d’une nouvelle ère du hockey sur glace en août 2022.

Le ZSC quitte le Hallenstadion

Le club de patinage de Zurich (ZSC) change également de domicile, mais pour une raison différente: dans le Hallenstadion polyvalent d’Oerlikon, le hockey sur glace a toujours été un peu sur la touche pendant des années. Lorsque d’autres événements bloquaient l’accès à son domicile, le ZSC devait demander à la ligue des matchs groupés à l’extérieur. En outre, les tribunes du Hallenstadion, conçu pour les besoins des courses cyclistes, sont très plates et le public de hockey est trop éloigné de l’action. La nouvelle Swiss Life Arena, située à Zurich Altstetten et déjà décrite sur le site Internet du stade comme un «chaudron», marquera le début d’une nouvelle ère du hockey sur glace en août 2022. Elle porte la signature du cabinet zurichois Caruso St John: un rideau coulé dans du béton apparent enveloppe la salle. Des matrices insérées dans le coffrage confèrent aux façades un aspect de tissu. Avec les fenêtres rondes qui sont assorties au motif de tissu et évoquent peut-être également le palet, la patinoire et salle d’événements revêt un caractère festif.

Davos: agrandissement par étapes

Des travaux ont également lieu à Davos, où rien n’a changé dans les environs de la patinoire depuis plus de 100 ans. Pour cette raison, le projet actuel est mis en œuvre en trois étapes, coordonnées en fonction de la courte saison alpine de construction, en été. Cela s'est toujours déroulé ainsi à Davos: l’impressionnante coupole qui surplombe la patinoire a été construite après l’ascension en NLA en 1979, mais les grandes parois en verre ont été ajoutées un an plus tard. Le projet d’expansion actuel ne modifie en rien la volumétrie de base de la construction sacrée du toit en bois – il se concentre sur le socle. Une nouvelle enveloppe permettra de créer un volume supplémentaire pour des bureaux et des salles de fitness, des installations médico-sportives et des vestiaires supplémentaires. Cela est également lié aux besoins spécifiques de la Coupe Spengler, pour laquelle il faut non pas deux, mais quatre vestiaires d’équipe en raison des deux matchs par jour.

La Tissot Arena de Bienne est un bâtiment multifonctionnel pour le hockey sur glace, le curling et le football, avec des espaces commerciaux au niveau du socle.
Les travaux autour de la patinoire de Davos ont été échelonnés sur trois saisons.

Schindler Graphic Walls

Avec les Graphic Walls, Schindler propose des solutions de conception individuelles pour les revêtements des ascenseurs et éveille ainsi les envies de couleur: en une demi-journée, les parois des cabines ou les portes d’ascenseur existantes reçoivent un nouveau look. Même pour de nouvelles conceptions, il est possible de mettre des accents spécifiques ou d’intégrer discrètement les Graphic Walls dans l’effet d’ensemble d’une pièce. Les Graphic Walls sont la solution idéale pour des idées de design originales, une apparence harmonieuse, une ambiance particulière ou de la publicité intelligemment placée. Le concept des Schindler Graphic Walls est basé sur la technologie des films décoratifs DI-NOC de 3M. Ces films texturés permettent d’obtenir l’apparence de différents matériaux (p. ex. le bois, le carbone, le cuir) avec le plus bel effet. La résistance à la température est comprise entre -20 °C et +50 °C. Sans exposition directe au soleil, la durée de vie fonctionnelle du produit est de 15 ans. Les films de haute qualité répondent aux critères de la classe de protection contre l’incendie M1 et présentent une résistance élevée à l’abrasion et aux taches. Ils peuvent être nettoyés avec presque tous les produits d’entretien. Et enfin, ils peuvent être collés facilement et proprement – pour un résultat parfait, Schindler travaille avec des partenaires sélectionnés et hautement qualifiés.  Dans la collection de base et la collection design, un grand nombre de couleurs et de motifs sont disponibles, et toute photographie ou motif individuel peut servir de base à un Graphic Wall.

Article précédent Vers la vue d’ensemble Article suivant

0 Commentaires

Quelle est la somme de 7 et 5 ?