Architecture de guérison – Hôpitaux suisses

Ce qui a commencé comme une tendance timide il y a quelques années devient de plus en plus la norme dans le paysage hospitalier suisse: la «healing architecture», ou architecture de guérison. Les bâtiments et leur environ­nement doivent être conçus de manière à favoriser et à accélérer le processus de guérison des patient(e)s.

Des études menées dans différents pays montrent que les patients réagissent de manière plus sensible à leur environnement immédiat que les personnes en bonne santé. De ce fait, ils subissent un stress supplémentaire qui retarde leur guérison. Dans le domaine de l’architecture des soins de santé, une remise en question a commencé il y a quelques années, notamment en raison de ces résultats: l’architecture est considérée comme un élément important du processus de guérison. Tanja C. Vollmer, qui fait des recherches sur la psychologie de l’architecture et la construction de bâtiments de soins à la TU de Munich, parle même de «l’architecture comme un second corps».
Mais comment construire des hôpitaux qui utilisent l’architecture comme une médecine curative, pour ainsi dire? L’architecture de guérison est basée sur une approche holistique qui intègre au lieu d’isoler, indique Mme Vollmer. «Les architectes doivent créer de la profondeur, ouvrir des points de vue, mettre en valeur des perspectives – avec des pièces inondées de lumière, mais aussi avec des niches de retrait loin des feux de la rampe», souligne Mme Vollmer.

Le nouvel hôpital cantonal de Baden (KSB) est conçu selon le concept de l’architecture de guérison.

Comme sur une place de marché

Les architectes Nickl & Partner se sont également inspirés de l’architecture de guérison pour construire le nouvel hôpital cantonal de Baden. Les systèmes d’ascenseurs y sont actuellement installés par Schindler dans le gros œuvre déjà achevé. L’aile du bâtiment, composée de deux structures rectangulaires imbriquées, est imposante. Une magistrale reliera les espaces verts extérieurs et les cours intérieures végétalisées. Des cafés et des magasins, où patients, médecins et personnel soignant se rencontrent comme sur une place de marché, inviteront à la détente. Les zones médicales sont conçues comme un cluster, une subdivision claire et un dispositif de guidage facilitant l’orientation. Les chambres bénéficient d’une lumière naturelle abondante et l’équipe d’architectes a opté pour du bois local pour les façades et les aménagements intérieurs. «Avec l’architecture, nous essayons d’aider les patients, leurs familles et le personnel à faire face au stress», explique l’architecte et présidente du conseil d’administration, Christine Nickl-Weller, du cabinet Nickl & Partner.

«Avec l’architecture, nous essayons d’aider les patients, leurs familles et le personnel à faire face au stress.»

Varié, intense et ludique

Herzog & de Meuron, qui ont plusieurs projets en cours dans le secteur de la santé, conçoivent les hôpitaux comme des villes horizontales, avec des zones séparées pour le travail des médecins traitants et pour la vie et le repos des patients dans leurs chambres.
En ce qui concerne les matériaux, Herzog & de Meuron ont opté pour du bois chaud, qui a longtemps été banni de la construction d’hôpitaux pour des raisons d’hygiène. Dès que leur état le permet, les jeunes patients peuvent se promener et jouer dans les cours intérieures vertes. «Nous essayons de transformer les hôpitaux en lieux de vie», souligne M. Herzog.

Lisez l'article complet en PDF ou dans l'édition imprimée.

Article précédent Vers la vue d’ensemble Article suivant

0 Commentaires

Veuillez additionner 3 et 4.